Continuons notre lecture sur les fabliaux du Moyen Âge, je vais vous narrer l’histoire amusante d’une vieille femme et de ses vaches.

Une vieille femme possède deux vaches qui sont ses uniques revenus. Un jour les bêtes s’échappent et c’est le Prévôt qui les retrouve. Il décide de les conduire chez lui. La vieille apprend ce qui c’est produit et demande au Prévôt, de lui rendre ses vaches. Le supplie, mais celui-là ne pense qu’à lui, à son bien-être refuse.

Le prévôt fini par lui dire qu’il lui rendra les vaches, si elle le paye avec les beaux deniers qu’elle cache dans un pot. La femme s’en retourne chez elle la tête basse, rencontrant sa voisine nommée Hersant elle lui raconte son histoire. Sa voisine lui conseille de rencontrer un preux chevalier, un grand seigneur et de lui raconter ce qui lui arrive. Hersant lui préconise de parler avec beaucoup de politesse et respect et de lui graisser la patte*  que cela lui permettra de retrouver ses vaches.

La vieille dame est très simple et prend sur elle un morceau de lard et se dirige chez le chevalier qu’elle trouve devant sa maison, par chance il a ses mains croisées dans le dos et sans attendre la femme se glisse derrière l’homme et lui graisse les mains avec son morceau de lard.

L’homme sent qu’on lui graisse a main et se retourne, étonné de découvrir la vieille femme il lui demande pourquoi elle fait cela, la femme lui raconte son histoire et fini par lui dire qu’on lui a suggéré de venir le voir et de lui graisser la patte.

L’homme lui répond que graisser la patte c’est toute autre chose, mais il lui promet qu’elle va retrouver ses vaches et qu’il lui offre un prés bien vert en plus.

Voilà la fin de cette histoire, le sens de cette histoire c’est pour démontrer que souvent les riches qui sont fourbes et déloyaux vendent leurs paroles et leur conscience et se moque de la justice et que les pauvres doivent toujours payer pour avoir gain de causes.

*Graisser la patte à quelqu’unc’est soudoyer une personne, donner de l’argent en cachette.

Mes sources le livre : Fabliaux et contes du Moyen Âge deJean-Claude Aubailly.

Des commentaires ? Allez-y n’hésitez pas.

6 réponses à La vieille qui graissa la main du chevalier.

    • le petit curieux dit :

      Je comprends tout à fait, mais vos recherches peuvent sans doute se diriger vers l’apparition du stylo plume en 1883 et quelque. Vous pouvez essayer d’écrire à Waterman pour leur demander, car si je ne me trompe pas, ils ont lancé les premiers stylo plume à réservoir .Ensuite les encres de couleurs étaient déjà présentes avant la naissance des stylos plumes et je pense que c’est peut de temps après la cartouche bleu que le rouge est sortie

    • Tristan dit :

      Ben moi, imen, c’est tout a fait ce que je recherchais et ça me convient très bien alors arrête de te plaindre car c’est pas la faute au site c’est toi qui cherche mal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *