Thomas-Becketje vous propose de nous arrêter sur un homme du nom de Thomas Becket, dit saint Thomas de Canterbury.

Thomas Becket est le fils d’un couple de marchand de Mondeville, situé en Normandie, il est né en 1117. C’est à l’école cathédrale de Canterbury qu’il reçue une excellente éducation, suivi par des études sur la science juridique à Bologne (ville italienne).

Thomas sera remarqué par L’archevêque de Canterbury Thibaut du Bec, il estimera que le jeune homme a les compétences requises pour accomplir des missions importantes à Rome, l’archevêque finira par le nommer archidiacre de Cantorbéry et prévôt de Beverley.

Thomas étant très efficace l’archevêque le recommande au roi Henri II au haut poste de chancelier quand celui-ci sera vacant.

Le roi voulait devenir le maître absolu de son royaume et de l’église, pour cela il voyait en Becker l’instrument idéal pour accomplir ses projets. Thomas se montra à la hauteur de ce que son maître attendait de lui, il devint aussi un grand ami du roi et tout cela avec une fermeté très diplomate. Le roi ira jusqu’à envoyer son fils Henri le Jeune vivre dans la maison de Thomas Bercker suivant une coutume qui est en fonction, celle que les enfants nobles sont accueillis dans une autre maison.

Thomas Becket devient archevêque le 3 juin 1162 suite au décès de l’archevêque Thibaut du Bec le 18 avril 1161. Cela ne fut pas une bonne chose pour le roi, l’homme changea de caractère. Il devint un prélat austère. L’on raconte qu’il se mortifiait en portant le cilice caché sous ses habits et que, chaque soir, il lavait les pieds de treize pauvres, les nourrissait et les renvoyait avec quatre pièces d’argent. L’archevêque Thomas se déclara pour le pape Alexandre III lors du schisme qui divisait l’Église.

Thomas voulait changer les lois qu’il avait mis  en place avec le roi, libérer l’Eglise. Henri compris ce que recherchait son ami et réussi malgré tout à ce que rien ne soit résolu.

L’archevêque et le roi vont s’affronter lors de décisions importantes sur l’Eglise comme les concessions données aux églises, le roi essaiera de se débarrasser de Becket par la voie judiciaire. Un autre désaccord voit le jour, quand le Primat refuse le mariage de Guillaume Plantagenêt comte du Poitou, vicomte de Dieppe (frère du roi d’Angleterre Henry II Plantagenêt) et d’Isabelle de Warenne pour consanguinité.

Tout ce compliquera, l’archevêque sera poursuivit par le roi sous n’importe quel prétexte, des décrets seront appliqués à tous ses amis et partisans et bien sûr ‘à Becket qui sera protégé par le pape Alexandre III, mais aussi Louis VII de France qui voit un moyen d’affaiblir son royal vassal Plantagenêt. Mais le pape Alexandre III ne soutient plus Becket qui va trop loin.

L’archevêque gagne tout de même et débarque à Sandwich le 3 décembre 1170 où deux jours plus tard il entre à Cantorbéry. Mais le roi et l’archevêque restent cependant inconciliables. Henri ne désire qu’une chose se débarraser de Thomas, il finira par le crier haut et fort, ce qui arrive le 29 décembre 1170 en la cathédrale de Canterbury, quatre chevaliers vont lui trancher la tête : Reginald Fitzurse, Hugues de Morville, Guillaume de Tracy et Richard le Breton.

Henri II se résolut alors à faire pénitence publique en 1172, Thomas Becket est canonisé par le pape Alexandre III le 21 février 1173.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Becket

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>